Faire de la route en voiture avec un bébé

Les grandes vacances approchent et avec, les voyages avec bébé.
Pour certain.e.s le tout premier.
Après vous avoir parlé du choix entre cosy et nacelle ici, je vais vous parler aujourd’hui de la préparation d’un long voyage en voiture, pour que tout se passe au mieux.

Le choix de l’heure de départ

L’heure de départ choisie dépend des gens.
De manière générale beaucoup sont tentés de rouler de nuit, pour que l’enfant (ou les enfants) dorme(nt), mais pour les parents c’est plutôt à éviter.
Avec un bébé en bas-âge et la possibilité de ne pas avoir pu se reposer en journée une fatigue peut se manifester, accompagnée d’un manque de vigilance.
Sans compter le fait que le lendemain matin, si le parent a envie de dormir il n’en aura pas vraiment la possibilité.
Ici selon les durées de voyage, on privilégie de partir après le déjeuner pour que la sieste se fasse pendant au moins une partie du trajet, ou en début de soirée, après le dîner avec l’enfant en pyjama pour pouvoir le coucher tout de suite à l’arrivée.

L’installation

Avant le trajet, l’installation dans la voiture.
Les bagages les plus lourds sont à installer dans le coffre. Mais il vaut mieux garder un sac à part avec tout le nécessaire pour le voyage.
Ici c’est le sac à langer qui fait office de, avec selon l’âge du bébé :
– plusieurs changes selon le temps de trajet, avec un tapis de change (les espaces prévus pour sur les aires d’autoroutes peuvent être aléatoires, et le change se fait souvent dans l’herbe ou sur la banquette arrière de la voiture selon le temps),
– de l’eau (si bébé est allaité et a moins de 6 mois l’eau n’est pas nécessaire),
– si vous n’allaitez pas une à deux doses de plus de LA que prévu (un voyage peut être plus long que prévu, surtout l’été avec les embouteillages), idem pour l’eau,
– un ou plusieurs jouets/livres.

Il vaut mieux charger la voiture sans bébé, pour pouvoir une fois bébé installé confortablement et en toute sécurité partir tout de suite sans attente :
– Pas de manteau si le départ se fait en hiver, il vaut mieux opter pour une petite couverture polaire,
– Des pare-soleil si le ciel est ensoleillé.

Pour le choix du cosy ou du siège n’hésitez pas à faire un tour sur Sécurange.
Si votre enfant est encore installé en dos à la route (pour rappel c’est recommandé jusque au moins 4 ans), pour vous assurer que tout se passe bien pendant le trajet vous pouvez installer un rétroviseur.

Et surtout s’assurer que tout est ok avant le départ : niveau d’huile, plein d’essence, climatisation en bon état de fonctionnement l’été par exemple.

Le trajet

Avant de partir, vous pouvez vérifier la circulation et si besoin adapter votre trajet.
Vous pouvez par exemple regarder les prévisions de Bison Futé quelques jours avant, et le jour J utiliser l’application Sytadins pour l’Ile-de-France, Bison Futé et Waze pour le reste de la France voire du monde.

Ensuite, vous pouvez prévoir des arrêts réguliers.
Il est conseillé de faire une pause d’au moins quinze minutes toutes les deux heures pour le conducteur.
Lors d’un voyage avec un ou des enfant.s c’est l’occasion de se dégourdir les jambes. Mais aussi faire une pause calin et/ou tétée, changer la couche, se rafraîchir un peu…
Si on peut être tentée d’allaiter sur la route quand bébé hurle (je l’ai déjà fait aussi en ne mesurant pas les risques), cela reste dangereux et à éviter.
En cas d’accident vous pouvez être projetée sur l’enfant, voire pire si vous vous détachez.
Par contre, si vous êtes deux adultes pendant le trajet, l’un d’entre vous peut s’installer à l’arrière et rassurer bébé, en ayant un contact visuel, en pouvant lui tenir la main, lui parler, le caresser etc.
Ca peut être aussi l’occasion d’animer un peu le voyage si le temps semble long à bébé, par exemple chanter, ou mettre de la musique avec un CD ou une clé USB avec une playlist dédiée.
Avec un enfant plus grand des contes sous format audio.

Pour les arrêts vous pouvez repérer les aires d’autoroute avant.
Elles ne se valent pas toutes.
Certaines disposent juste de toilette et quelques tables, quand vous trouverez à d’autres une station-essence, une supérette et des toilettes propres (ce qui n’est pas toujours le cas des autres), des aires de jeux pour enfants.
Après, on ne peut pas toujours choisir, et on s’arrête parfois là où on peut.
Pour le repas, nous faisons personnellement le choix d’éviter les magasins ou restaurants qui chiffrent vite, encore plus à 5… Nous privilégions un pique-nique, avec de quoi faire des petites collations en plus.
Des choses simples, par exemple une salade, des sandwichs, des compotes en gourde ou des fruits.

Et les plus grands alors ?

Si l’enfant a le mal de coeur ?

Cela arrive le plus souvent à partir de 2 ans avant de s’atténuer avec le temps.
Personnellement j’ai fais longtemps partie de la team vomito dès qu’un trajet en voiture ou en car durait plus de vingt minutes.
Les pauses et le fait de se dégourdir mais respirer de l’air frais aident beaucoup.
Profitez des arrêts pour aérer la voiture.
Vous pouvez également adapter l’alimentation. Par exemple éviter les produits laitiers (lait, yaourts etc au petit déjeuner ou sur la route).
Evitez également de laisser des livres à votre enfant, ça peut accentuer les nausées, et privilégiez des jouets.
Et enfin prévoyez un « kit vomito »: une grande bouteille d’eau pour pouvoir rincer une surface si besoin, des sacs à vomi, une serviette que vous pouvez placer sur votre enfant si celui-ci montre des signes, en dessous du sac (ça évite d’éventuelles projections sur les vêtements, on n’a pas toujours le temps de se positionner au-dessus du sac selon l’âge).

Les animations

Profiter des pauses régulières pour se dégourdir les jambes et proposer de passer aux toilettes.
Si l’enfant refuse d’emblée, vous pouvez l’inciter quand même à sortir se dégourdir les jambes et « essayer », ici c’est souvent une fois reparti que l’un d’eux se manifeste.

Vous pouvez leur prévoir un peu plus d’activités pour la route.
Par exemple un cahier de jeux et/ou coloriage, avec des stylos et crayons.
Un livre. Un jeu de société version voyage type jeu des 7 familles, Uno etc.
Pour faciliter le rangement, notamment lorsque vous avez trois enfants et toute la banquette arrière vous pouvez opter pour des rangements à accrocher au dos des sièges passagers avant, par exemple celui-là.
Si vous avez un ou deux enfants il existe des modèles comme celui-ci.

Vous pouvez aussi organiser quelques jeux qui ne demandent pas de matériel.
En vrac :
Devine à quoi je pense : Le meneur a en tête une chose que tous les joueurs peuvent voir. Les autres joueurs doivent deviner de quoi il s’agit, en pouvant s’aider de questions fermées au meneur, auxquelles il ne peut répondre que par oui ou non,
– Le Ni oui ni non,
– Sur la fin du trajet un jeu de pari, avec une estimation du nombre de voitures croisées, et un compte,
Dans ma valise : Le premier joueur dit « Dans ma valise il y a  » et ajoute l’objet de son choix, par exemple des tongs. Le suivant reprend « Dans ma valise il y a des tongs » et ajoute l’objet de son choix. Et ainsi de suite. Un bon moyen de faire travailler sa mémoire au passage,
Fureur : Mettre une station de radio musicale où sont joués des hits. Couper parfois le son et continuer à chanter à capella,
Shabada : L’un.e choisit un mot, et les autres doivent chanter une chanson le contenant,
Observer les plaques et travailler la géo en nommant les départements correspondant (à l’étranger faire la même chose avec les pays),
P’tit bac nomade : Un joueur cite une lettre et une catégorie, les autres doivent trouver un mot correspondant aux deux,
etc etc. Il existe une multitude de jeux possibles sans aucun matériel. Laissez libre court à votre imagination.

Et vous ?
Comment vous vous organisez pour les longs trajets ?

 

One Reply to “Faire de la route en voiture avec un bébé”

  1. Bonjour, nous partons en famille dans 2 semaine en vacance et nous avons minimum 7h de route sans compter les arrêts donc en comptant les arrêts, on fera 10h de route maximum. Notre fille a tendance à se réveiller la nuit pour téter vers 4h en ce moment (d’ici là, ça peut changer bien sur). Donc, nous pensons pour éviter de trop la bousculer se caler sur son rythme: si elle se réveille vers 4h, elle tête et se rendors, de cette manière, nous nous préparons tranquillement et quand tout est prêt, on la met en pyjama dans son cosy avec une petite couverture sur ses jambes. Sinon, nous pensons la réveiller quand tout est prêt avec une tétée et la mettre en pyjama dans son cosy. Qu’en pensez-vous? Est-ce que c’est une bonne idée de la laisser en pyjama ou pas? En sachant qu’on l’habillera quand on s’arrêtera bien sur. On aimerait éviter la chaleur et utiliser la clim’ au max d’où le fait qu’on aimerait partir tôt le matin. Notre fille a 9 mois, a-t-elle besoin d’eau?En sachant qu’elle boit de l’eau seulement pendant les repas et sinon c’est tétée à volonté en dehors. Merci votre aide, je me pose peut-être trop de question

Laisser un commentaire